Born to Rave | Rencontre avec Vandal

Durant la Born to Rave du 7 avril dernier à Strasbourg, Hōko a rencontré et interviewé Vandal, l'un des pionniers de la reggaetek.

Hōko : Comment est-ce que tu es entré dans ce milieu musical si particulier ?

Vandal : J’ai commencé à découvrir mes premières freepartys entre 15 et 16 ans. C’était surtout de la Drum’n Bass et de l’Acid Techno. A partir de là, je suis tombé fou amoureux de la musique électronique. Mes  amis et moi on a monté des sound-systèmes et on a commencé à organiser nos propres fêtes. J’ai fait ça pendant 10 ans et j’ai appris à DJ et à produire au fur et à mesure. J’ai ensuite créé mon label avec Kaotik et les choses se sont enchaînées naturellement jusqu’à aujourd’hui !

Quelle est l’importance d’internet dans l’émergence de la musique électronique et plus précisément de mouvements peut-être plus underground comme celui des raves ?

Personnellement, je suis autodidacte. J’ai appris à faire de la musique grâce à internet et bien sûr l’aide de quelques amis qui me donnaient des tuyaux. Je trouve qu’internet c’est super, ça permet de rendre accessible ce genre de musique aux gens qui n’iraient pas en raveparty d’eux-mêmes. Je trouve ça bien que l’underground puisse remonter au grand public grâce à des plateformes comme youtube ou spotify et que des artistes puissent percer comme ça.

Comment vois-tu la scène de la musique électronique ?

Rien à avoir avec ce qui était à la mode il y a 20 ans. Les gens veulent des choses plus directes, avec un drop par exemple. Mais on voit aussi le retour de trucs comme la jungle ou la techno !

Comment en es-tu arrivé à créer ce genre de musique ?

J’écoutais du hardcore anglais comme du Hellfish & Producer, genre des trucs avec du demi temps hiphop et des kicks en double temps. J’étais un très gros fan de reggae et à Bristol on passe beaucoup de jungle et de drum’n bass. A côté de ça je fréquentais des raves hardtek. Donc j’ai fait un gros mélange de tout ce que j’aimais, c’était juste ça le plan !

Comment c’est la vie de tournée pour un raveur ?

Personnellement, j’adore aller dans de nouveaux endroits pour rencontrer de nouvelles personnes. Bien sûr, le fait de voyager tout le temps est dur parfois, mais au fond je sais que je suis très chanceux d’être dans cette position. Par contre pour les fêtes, le plus tu vieillis, plus ça te prends du temps à t’en remettre ! Dès fois, je ne récupère qu’en milieu de semaine ! Le fait de mixer prend aussi du temps sur la fabrication de musique donc il faut trouver un équilibre.

Quelle place occupe la reggaetek dans la scène des freeparty?

Je pense que ça s’ouvre à plein de gens différents, peut-être même certains qui ne font pas partie du milieu des raves underground. Un fan de reggae ou uniquement de drum’n bass vont voir leur musique préférée avec un approche différente. Je pense que ça plait aux gens avec des idées et des styles différents et c’est sans doute assez unique vu sous cet angle.

Pourquoi mélanger quelque chose d’aussi apaisant que le reggae avec quelque chose d’aussi rapide et violent comme peut l’être le hardcore ou la drum’n bass ?

J’aime le reggae pour le message dans la musique et pour la « vibe », l’attitude positive. J’avais envie de rendre ça accessible à cet espace ou moment festif. C’est la combinaison d’une fête avec un rythme élevé comme souvent dans les raves, mais aussi avec les paroles pleines de sens et d’émotions du reggae. Le truc avec ma musique c’est qu’en général les gens sont vraiment dans un bon état d’esprit, une atmosphère agréable. Ca s’éloigne de l’aspect/sentiment/esthétique un peu sombre que tu peux avoir dans le hardcore par exemple. C’est très joyeux au final ! Donc peut-être un peu plus accessible j’imagine.

C’est important dans ce genre d’environnement musical, cette bonne vibe ?

Mec, on vit dans un monde où il y a tellement de bordel partout, tout le temps, donc si tu peux avoir une bonne vibe bien joyeuse en weekend quand tu sors… tu peux juste te permettre de tout libérer, tout relâcher !

Interview : Martin Llvr

Vandal sur Soundcloud : https://soundcloud.com/si-vandal-kaotik

Camille Schné
schneider.camille.54@gmail.com

Fan de musique et de bonne bouffe. J'écris 2-3 petites choses pour Hōko, généralement des live report.

No Comments

Post A Comment