Bumpkin Island – Live Report

Formé en 2011 quelque part dans la campagne bretonne, Bumpkin Island (« L’île des ploucs ») est un groupe aux influences indie-pop multiples. Ses 6 membres (Glenn, Vincent, Federico, Thibaut, Ellie, Clément et Jérémy) tournent actuellement pour présenter leur nouvel EP, « Homework 2 ». Et ça tombe bien, puisqu’une des dates est programmée à Strasbourg, à la Popartisterie. Retour sur cette bien belle soirée.

Les instruments occupent une bonne partie de la pièce. Il y a, en vrac, une basse, deux guitares, deux synthés, un xylophone, une batterie, deux trompettes, un harmonium – un clavier à vent qui reproduit le son d’un accordéon – et quantité d’amplis. Le spectre musical joué par Bumpkin Island est assez impressionnant, et je suis curieuse d’entendre leur son. Le premier morceau joué, « Until We Grow Up », prend des allures de comptine enfantine. Le synthé, qui ressemble un peu à un orgue de barbarie, est appuyé par des chœurs vaporeux. C’est doux, harmonieux et planant.

Puis, trompette et batterie s’entremêlent et brisent la béatitude ambiante. Ce joyeux chaos me rappelle immédiatement le morceau « Elephant Gun » de Beirut. Le chant, porté avec grâce par Ellie, est quant à lui à la croisée de Cat Power et Fiona Apple. Le morceau suivant, « Immunity of Great Days », arbore des percussions plus rythmées et des ponts quasi-progressifs. Apparemment, le post-rock fait aussi partie de leurs influences ; Bumpkin Island s’affranchit donc de la case indie-folk conventionnelle et explore d’autres horizons.

« Hummingbird » utilise le fameux harmonium pour nous plonger dans un périple nébuleux, à mi-chemin entre rêve et réalité. L’invitation au voyage se prolonge avec « Deed », où chœurs et guitares résonnent avec écho façon « Explosions in the Sky ». Ellie s’affranchit parfois du micro en s’adressant directement à nous, tape dans ses mains et partage avec franchise son énergie. « Cold Blood », l’avant dernier morceau, mêle sons tribaux, périodes atmosphériques, murmures et épisodes intenses lorsque sonne le refrain. Sa dernière partie part en bœuf et conquit définitivement le public, qui réclamera un rappel à peine « Alone » terminé. Bumpkin Island est définitivement à découvrir et à savourer chez soi ou, encore mieux, en live. Tu peux les voir à Chamberry le 25/10, à Paris le 27/10 et à leur release-party le 20/11 à Rennes, et n’hésite pas à discuter avec eux, ils sont vraiment sympas.

Site officiel

Facebook

Photos prises par Julie Costet

Camille Schné
schneider.camille.54@gmail.com

Fan de musique et de bonne bouffe. J'écris 2-3 petites choses pour Hōko, généralement des live report.

No Comments

Post A Comment