Eurocks 2018 | 3 groupes à découvrir d’urgence !

Pour célébrer dignement trois décennies d’existence, les Eurockéennes ont invité à la fête des icônes immuables du rock’n’roll et quelques étoiles montantes de la galaxie hip hop.

Un seul mot d’ordre : le rassemblement. Jeunes comme moins jeunes, habitués ou néophytes, inconditionnels du riff ou fans de gros beats, tous piétinaient avec la même ferveur les terres (embourbées) du site du Malsaucy ces 5, 6, 7 et 8 juillet 2018. Bien que le rap se soit taillé la part du lion parmi les têtes d’affiche de cette 30ème édition, j’ai préféré m’orienter là où guitares et cymbales frappaient fort. J’ai ainsi (re)découvert quelques classiques comme Prophets of Rage (le super-groupe combinant Rage Against the Machine, Cypress Hill et Public Enemy), Nine Inch Nails (groupe fondé la même année que les Eurocks), Queens of the Stone Age (et son impressionnant frontman d’1m90) ou encore Alice in Chains (c’est l’adolescente en moi qui vous parle là). Mais, au-delà de ces incontournables, d’autres groupes méritaient également le détour. Coup de projecteur sur 3 coups de cœur.

BCUC : la transe venue d’Afrique

A peine faufilée jusqu’au premier rang, me voilà happée par la transe énervée de BCUC (Bantu Continua Uhuru Consciousness). Injustement programmé en plein milieu de l’après-midi (à l’heure de la sieste et des apéros prolongés), ce groupe mérite pourtant d’être vu et écouté. Bruts et viscéraux, ses morceaux réveillent nos instincts primitifs et nous lient à l’Afrique et à ce que ce continent a de plus profond et de plus sincère à offrir : sa musique. Et ça tombe bien, puisque BCUC est spécialement venu de Soweto (Afrique du Sud) pour nous présenter « Emakhosini », son tout dernier album. Alors, tous ensemble, nous dansons, sautons, fermons les yeux et nous imprégnons des rythmes endiablés et des chants hypnotiques exécutés par le septuor. Nous participons avec joie à cette grande cérémonie tribale et éclectique, où beats ancestraux côtoient sonorités afro-punk et ragga. Et nous en redemandons encore. Les minutes s’écoulent à une vitesse folle, et mon cœur vibre encore à toute blinde quand BCUC clôture son show avant de s’éclipser humblement. A découvrir, écouter et partager autour de soi.

Album «  Emakhosini » (2018) // https://bcuc.bandcamp.com

TOUTS : les kids énervés de Derry

Adoubés par les Clash, ces trois gamins-là ont la même hargne que leurs aînés. S’adressant au public dans leur plus bel accent irlandais, les TOUTS se jouent de nos airs ahuris (« J’ai pas compris ce que le chanteur a dit ») avant de nous assaillir avec leurs mélodies punk et agitées. Le show nous est déversé en pleine face ; les morceaux sont courts, calibrés, pas très innovants mais suffisamment efficaces pour faire tressaillir plusieurs nuques. Pour employer leurs propres termes : le chanteur ne sait pas chanter, le bassiste galère à jouer et le batteur n’y voit rien, mais tout le monde s’en cogne et fout le bordel, eux les premiers.

EP «  Lit » (2017)  // https://fr-fr.facebook.com/toutsband/

THE LIMIÑANAS : la french touch rock’n’roll

Véritable joyau brut, ce groupe originaire du sud de la France s’impose timidement sur la scène hexagonale. Pourtant, déjà plébiscité aux États-Unis et en Angleterre, The Limiñanas étincelle sur scène (le duo se mue alors en imposant septuor) ; ses musiciens semblent littéralement habités par un feu sacré venu tout droit des 60’s. Inspirés par la Nouvelle Vague et la dolce vita, leurs sons indie-pop croisent tantôt le garage rock, tantôt la chanson française, le tout saupoudré de teintes psychédéliques. C’est frais, captivant, et ça fait du bien de se dire qu’il reste encore des choses à explorer côté indie-rock. A découvrir d’urgence en live, et ça tombe bien puisqu’ils seront en tournée jusqu’en 2019 !

Album « Shadow People » (2018) // http://www.theliminanas.com

Textes et photos : Camille Schneider

Camille Schné
schneider.camille.54@gmail.com

Fan de musique et de bonne bouffe. J'écris 2-3 petites choses pour Hōko, généralement des live report.

No Comments

Post A Comment