Into The Tide – Interview

Les alsaciens d’Into the tide, nous ont laissé pénétrer dans leur sombre univers. Portrait du groupe :

ITT : Comment définir Into the Tide ? On devrait normalement répondre un truc ultra sombre et sale, mais en fait c’est juste des potes qui veulent faire du son sans se prendre au sérieux.

Ce que nous voulons partager comme message à travers notre musique, n’est rien de très philosophique. Grosso merdo, il y a un fil conducteur qui dit qu’on a tous ensemble réussi à ruiner notre monde en voulant courir après le profit et que l’industrie doit être érigée au rang de dieu … et d’un autre côté, on cause d’envie de liberté et d’envie de se démerder tout seul comme des grands avec nos propres moyens pour survivre dans ce monde de merde.

Into The Tide

Hoko : Si je te dis Russian Circles, Cursed ou encore Kylesa. On ressent une forte influence de ces groupes. Que représentent pour vous ces groupes dans vos compositions ?

Valère : Dur. En fait j’écoute très peu Russian Circles, un peu plus Cursed et Kylesa je suis vraiment fan de la première époque même si dans les derniers albums il y a toujours des tubes. Je suis plus inspiré par des groupes comme Buried Inside, Tombs, Nothing, Slowdive, Zatokrev, Helms Alee.

Ianik : Je dis pareil que Valère, exception faites que Cursed est certainement l’un de mes groupes préférés mais sans être d’une influence particulière. Kylesa je kiffe les rythmiques à fond. Même si je brasse large dans ce que j’écoute, si je dois te citer trois noms de groupes et leurs albums auxquels je pense quand je joue, je dirai Buried Inside (Chronoclast !!) + Isis (The Red Sea / Mosquito Control / Celestial !!) + Cult of Luna (le 1er !). Je te passe les Neurosis, AmenRa et toute la clique, ça ne finirait plus. Je n’oublie pas de citer Blink 182, le meilleur groupe de doom de tout les temps.

Valère : La scène punk ou mentalité punk c’est pour moi des gens qui n’en ont rien à foutre du jugement des autres. Pas la peine de se donner un style, pas la peine de boire/fumer…bref en fait j’emmerde ton ITW.

Ianik : J’ai toujourss aimé l’esprit DIY depuis la fin des années 90, j’ai toujours aimé me démerder avec ce que j’avais sous les mains pour pouvoir mener à bien mes actions, que ça soit dans la vie de tous les jours ou en dehors. Le punk, c’est tout ça, et tellement plus.

Par contre, j’ai toujours détesté la hype du DIY et les punks H&M qui pullulent de + en + aux concerts ou sur les réseaux sociaux. Et ça me donne parfois l’envie de me foutre des œillères pour ne pas assister à ce spectacle. C’est difficile de garder cette flamme intacte, mais bon, y’a encore quelques loulous qui mènent le même combat. Après, pour ITT, on s’en branle un peu de tout, la com’ c’est pas notre truc, chercher des concerts non plus, on aimerait se donner les moyens de faire plus, et en même temps ça nous pompe du jus. Donc au final, on fait notre truc dans notre coin, et puis voilà, que ça plaise ou pas, on s’en fout à 300%. Du moment qu’on ne se ment pas à nous même, tout va bien dans le meilleur des mondes. Ce qui nous inspire dans notre musique, provienne de l’actu, la vie, les choses qui nous entourent.

Into The Tide

Hoko : Vos futurs projets ?

Valère : Trouver un nouveau boulot !

Ianik : Papa pour la troisième fois en quatre ans = quitter mon boulot ? Remettre un peu à flot mon atelier de sérigraphie, continuer à faire un peu de zik avec les loustics d’ITT, on a enregistré trois titres sur deux sessions avec deux ingé-son différents et on ne sait pas encore quoi faire avec (10’’, split 12’’ ?) et je pense que 2016 sera vite rempli avec tout ça.

INTOTHETIDE :
Valère : guitare et voix
Mathieu : guitare
Ianik : basse et voix
Thibault : batterie

Photographie : Jennifer Noesser
Flickr

intothetide.bandcamp.com
facebook.com/IntoTheTide

Laurent Khrâm Longvixay
laurentkl.contact@gmail.com

Photographer & Video Director for LKL PROD, Love Punk Hardcore / Indie Rock Music & Vegan Food. DIY or DIE !

No Comments

Post A Comment