Kronik : Of Ivory & Horn

Alpinisme, mélancolie et ivoire.

Depuis 2014, Of Ivory & Horn délivre une folk intimiste, parsemée d’influences inattendues et de sonorités aériennes Ce vendredi 29 avril sortait leur premier album éponyme. Une belle surprise et un gros coup de coeur que Hōko ne pouvait manquer de vous faire découvrir !

En équilibre entre mégalomanie et intimisme, ce premier opus d’Of Ivory & Horn se raconte tel un livre. Un voyage de poésie et de mélancolie ou quelques envolées viennent littéralement vous clouer au sol. Dans la construction de ses titres, la gestion de la voix et de ses paroles, Of Ivory & Horn montre une maturité inattendue, d’autant plus venant d’une jeune formation. Ici, on surfe entre Aaron, Bon Iver et on se laisse prendre parfois par quelques sonorités dignes de Sigur Rós ou Junip.
Les titres prennent leur temps, se construisent lentement et atteignent une moyenne de 5 minutes. The Snake and the Flower Seller n’hésite pas à captiver pendant 10 longues minutes, à travers une introduction contée de 4 minutes et un refrain épique et entêtant qui pourrait bien vous rester en tête pendant des heures. A aucun moment Of Ivory & Horn ne tente de produire un son radiophonique. Le groupe ne fait aucune concession et impose son univers sans prendre de gant. Finalement, c’est peut-être là que réside le plus grand charme de ce premier album : à aucun moment, il ne semble taillé pour séduire, pour être accessible. Ce premier disque est une montagne à gravir, difficile d’accès pour les non initiés, mais offrant une vue splendide à qui s’y consacre.

Un premier opus captivant, bouleversant, touchant mais aussi parfois drôle, dans ses quelques moments de mégalomanie. 

Le premier album d’Of Ivory & Horn est pour l’heure uniquement disponible au format numérique, notamment sur Itunes et Amazon. N’hésitez pas à suivre les jeunes prodigues sur leur page Facebook pour découvrir leur actualité et quelques vidéos inédites qui dévoilent non seulement l’univers atypique du trio, mais aussi l’humour et l’autodérision de son meneur, Dorian Chamoin.

Allan Ros
allan@aros.fr

J'aime bien faire fondre des trucs.

No Comments

Post A Comment