Live report | Born to Rave a renversé les murs de la Laiterie

Le 1er avril dernier, la soirée Born to Rave organisée par Audiogenic a fait vibrer les murs de la célèbre salle strasbourgeoise La Laiterie. Le public qui a été conquis par l’événement s’est laissé entraîner dans un tourbillon de beats fracassants jusqu’au petit matin.

Avec une programmation regroupant le meilleur de la scène française et internationale, il était certain que les amateurs de techno, dubstep, drum&bass et hardcore allaient être au rendez-vous pour ce show unique et renversant. La longue file d’attente bouillonnante devant la salle pouvait d’ailleurs témoigner de cet engouement. A l’affiche, on ne retrouvait pas moins d’une quinzaine d’artistes qui se sont succédés toute la soirée, offrant ainsi au public une large palette de sonorités révoltées. Un panel de sons que les mélomanes ont pu découvrir à l’intérieur de la grande salle et du club où régnaient deux univers différents.

Entrons d’abord dans la première room, destinée aux aficionados de BPM furieux. : cette salle proposait un véritable voyage musical à travers les nappes de la techno, du hardcore, de la dubstep et du drum&bass. L’aventure commence dès lors où l’on franchi les portes : les enchaînements de lumières nous éblouissent, les beats font vibrer chaque partie du corps, le public révolté semble être en osmose avec le son. La soirée débute avec les incontournables de Black Sun Empire qui posent le décor d’une ambiance immersive dès les premières notes : la musique mutante et les pulsations électroniques sont acclamées par le public. Alors que ce dernier s’imprègne de cet univers, vient alors le tour de Skism. Pionnier anglais de la dubstep, il a électrisé la foule avec un son lourd parsemé de sonorités hip hop. Au fil de la soirée, le tempo s’accélère et le public demande encore plus de beats. Successivement les artistes montent sur scène et s’emparent de leurs platines pour soulever la foule qui ne semble pas s’épuiser, au contraire : The Dj Producer, acteur fondamental de la scène underground britannique, le créatif aux multiples sonorités Maissouille, Le Bask dont le set est imprégné d’influences populaires et le frénétique The Mastery. « Ça a commencé plutôt doucement, mais là ça galope ça galope » témoigne Hugo au détour d’une pause cigarette. Chacune des prestations est agrémentées de shows lasers et de projections 3D qui renforcent le côté festif et qui nous en met plein les yeux.

Direction la room techno qui est plongée dans une pénombre accentuée et où l’ambiance est beaucoup plus intimiste : au fil des sets hypnotiques, des ombres s’invitent sur scène, et le public prend part au show, tour à tour aux côtés des artistes. Des musiciens qui sont tous originaires de l’Est de la France : Masterphil, ex résident du Voodoo Club, Fenomen, valeur sûre de la scène électronique strasbourgeoise, mais également Kaliko, Utopeak, Malzeltek ou Soulfurik, dont les sonorités effrénées ont embrasé la foule. Dans cette ambiance berlinoise, les lumières s’accordent en rythme avec la musique et on se laisse facilement embarquer dans cet univers légèrement plus calme mais tout aussi envoûtant. Les têtes se hochent, les corps se collent aux enceintes, les bras se lèvent, la magie opère.

Born to Rave est la 10ème tournée nationale organisée par le label Audiogenic, acteur incontournable du paysage électronique français, et actif depuis plus de 20 ans. Après avoir sillonné les routes de France le label nous avait promis un show endiablé et créatif avec cet événement. Et bien c’est chose faite !

Site officiel d’Audiogenic | Page Facebook

Texte : Mariane Erard

Photos : Laurent Khrâm Longvixay

Camille Schné
schneider.camille.54@gmail.com

Fan de musique et de bonne bouffe. J'écris 2-3 petites choses pour Hōko, généralement des live report.

No Comments

Post A Comment