Live report : Flavien Berger – Vendredi 19 octobre

La semaine dernière Hoko était au concert « Contre Temps » de Flavien Berger. Une fan et un de ses amis (appelons le Mousse) qui n’avait jamais rien écouté de l’artiste. Deux personnes, deux visions mais un même ressenti, on vous raconte tout !

Flavien Berger, c’était ma révélation en 2015, une vision psychédélique d’un savant mélange de musique électronique, de pop et de variété française. Des textes poétiques sur une musique cosmique. Cette année, c’est un nouveau coup de maître avec l’album « Contretemps », il a réussi à inscrire sa musique dans une intemporalité, étroitement liée au passé, partageant des instants de bienveillance dans le présent et projetant une nouvelle vision de la musique dans le futur. C’est flou, je sais, mais j’espère vous faire comprendre cette idée avec le compte rendu de notre concert !

19h45,

On arrive dans la salle, c’est la première fois pour nous deux que nous entrons dans le club de la Laiterie. Une petite salle pour une ambiance intime et conviviale. Nous ne sommes pas nombreux dans la salle, et c’est Musique Chienne qui commence la première partie. Je remarque directement que Flavien Berger est au milieu de la salle et profite du concert comme tout le monde. Musique Chienne nous offre une performance live rafraichissante. Après avoir écumé des concerts en dj set c’est toujours un plaisir revigorant que d’assister à une performance en live ! Les musiques s’enchaînent, nous ne connaissions pas du tout Musique Chienne mais son univers a réussi à nous transporter, un mélange de sonorités électroniques et Japonaises comme une invitation au voyage au pays de Ryuichy Sakamoto. La salle commence à se remplir, nous allons chercher des bières avant qu’il n’y ait trop de monde pour accéder au bar.

20h30,

La salle commence à se remplir, autour de nous, la population est très hétéroclite, toutes les générations sont représentées. Beaucoup de couples, mais surtout on commence à ressentir une onde positive de bonne humeur et de partage nous envahir, le concert n’a pourtant pas commencé.

21h00,

La salle est remplie, nous nous faufilons tant bien que mal au devant de la scène. Mousse et moi n’avons jamais été aussi serré dans une salle de concert, mais la bienveillance des personnes autour de nous nous fait rapidement oublier ce désagrément.
Le concert commence, je suis immédiatement projetée dans la musique, Mousse, qui ne sait pas encore à quoi s’attendre est dans l’observation, attentif aux moindres détails du concert. À la fin de la deuxième musique, on commence à ressentir une connexion entre l’artiste et les spectateurs. Mousse commence lui aussi à être transporté par la musique mélancolique mais bienveillante.
Première intervention de l’artiste, avec toute sa nonchalance et son sens inédit de la formule, il nous remercie de notre présence. Mais un remerciement serait trop simple, il donne donc un nouveau sens au mot « Marimbas », désormais, « Marimbas » signifiera merci, et ce, au moins, jusqu’à la fin de son concert. La musique reprend, nous avançons tous ensemble dans l’univers onirique de Flavien Berger.

La force de ce dernier album, c’est de réussir à nous transporter dans le temps, une piqure de mélancolie qui nous raccroche au présent et nous projette dans le futur. Pendant le concert, nous planions dans un cosmos avec le reste de la salle, et de temps en temps, nous faisions une pause pour redescendre sur la terre ferme grâce à de petites coupures savamment placées dans le concert.

Notre ressenti en sortant du concert ? Un patchwork de sensations, d’émotions, de lumières et de couleurs. Un voyage dans le cosmos nous ayant littéralement vidé de toutes énergies et émotions négatives, n’en restant que partage et bienveillance. En sortant de la salle vers 23heures, beaucoup de spectateurs sont restés devant le club pour échanger leurs impressions, en résumé, Flavien Berger nous a vendu rêve et de l’amour, (alors oui, ça fait cliché, mais il faut le vivre pour le comprendre).

Texte : Pénélope Rivière

Mariane Erard
mariane.erard@gmail.com
1Comment
  • Genevois
    Posted at 14:14h, 05 novembre

    Ça donne envie de les découvrir

Post A Comment