Témoignages : Eurockéennes de Belfort 2019

Alors que la saison des festivals continue de défiler, Laurent, Julie et Marylène reviennent sur leur week-end passé aux Eurockéennes de Belfort et vous racontent ce qu'ils ont aimés (ou moins aimés).

Top 5 côté programmation & musique

1. La prog’ éclectique

« Réunir Slash, NTM, Roméo Elvis, Salut C’est Cool et The Chainsmokers, c’était trop beau pour être vrai et pourtant, le Eurocks l’ont fait. On a versé quelques larmes de joie, ébahis par le célèbre guitariste des Guns’n’roses, on a chanté à tue-tête avec JoeyStarr et Kool Shen, on a tenté de survivre aux ados fans de Roméo Elvis et on a dansé comme des fous grâce à The Chainsmokers. »

Julie

2. Le live de Frank Carter & the Rattlesnakes à la Greenroom

« Le meilleur concert en terme de rock à l’état brut ! Quatre musiciens dans la simplicité, pas de scénographie, pas de tenues de scènes, pas de paillettes, juste de l’énergie et de la transpiration pour présenter les nouveaux titres de leur dernier album, bien plus calme sur le disque, mais qui prend vie à merveille sur scène! »

Laurent

3. L’attendu Ninho et le surprenant Nekfeu

« Etant venue surtout pour voir Ninho et n’ayant pas été déçue, j’ai tout de même était étonnée de l’ambiance de folie qu’a su mettre Nekfeu. J’ai passé un moment extraordinaire et ces deux artistes étaient géniaux. Nekfeu a su créer un lien avec son public et le fait qu’il se soit jeté dans la foule a intensifié l’ambiance alors que je la pensais au maximum. Son entrée aussi a fait fureur avec un live de son arrivée sur scène. »

Marylène

4. La nostalgie des années 90 avec NTM 

« Retour sur scène d’un des plus grands groupes du rap français, NTM, et que ça fait plaisir ! Pas du tout expert en matière de rap/hip hop, mais ce groupe a traversé les générations depuis les années 90 ! »

Laurent

5. La découverte volcanique de Idles

« Idles, la rage de vivre ! Punk, brutal, rock énervé, gros sons de guitares et chants complètements braillés ! Que dire de plus ? Le genre de groupe qu’on aimerait voir bien plus souvent sur chaque scène des Eurocks ! »

Laurent

Top 5 côté animation & organisation

1. Un lieu paradisiaque

« Le festival a lieu… sur une île ! Ou plutôt une presqu’île, celle du Malsaucy. Le cadre est magnifique. Dans une zone naturelle protégée entourée de deux plans d’eau, on trouve une plage, des collines à gravir (notamment une pour atteindre la grande scène) et tout ce dont on rêve pour un festival réussi. Par contre, inutile de s’habiller comme à Coachella : avec la quantité de sable volant, vous serez de toute façon tout gris en quelques minutes par temps sec (et vous allez en ingérer pas mal aussi), et les collines se transforment vite en toboggan de boue géant quand il pleut des cordes. »

Julie

2. Nourriture jusqu’à pas d’heure 

« Quel bonheur de voir tous ces stands de nourriture ouverts après un concert riche en émotions !! Aux Eurockéennes, il n’y a pas d’heure pour manger ! Des hamburgers, des hot-dog, des pâtes, mais également la poutine qui est une spécialité québécoise ou encore les tuiles camarguaises. J’ai beaucoup apprécié la découverte de spécialité culinaires et spécialement le stand africain où j’ai pu déguster des accras succulents. »

Marylène

3. Les spectacles humoristiques de vendredi et samedi !

« Une belle innovation pour débuter 8h de musique non stop ! Le principe est simple, tu te poses tranquillement devant l’écran géant de la Greenroom, une ambiance détendue dans un cadre bien plus festif, et l’occasion de voir certains comédiens que l’on n’aurait pas forcément eu l’envie d’aller découvrir ailleurs ! »

Laurent

4. Les transports

« Train, bus ou covoit, tout est possible. Des immenses parkings sont disponibles partout autour de la presqu’île, et si tu loges dans le coin, un peu de marche te fera le plus grand bien. Puis des navettes transportent les festivaliers jusqu’au lieu de prédilection. A peine l’une repart, l’autre arrive. Efficace ! »

Julie

5. Le camping gratos

« Que dire de plus ? On a planté notre tente pour éviter le retour à Strasbourg en pleine nuit. En plus, le camping propose plein d’animations tout au long du week-end. Et pour ceux qui ont besoin de confort, de nombreux locaux louent leurs chambres (ou leurs jardins pour les campeurs), il suffit de s’y prendre à l’avance. »

(le bon plan de Julie)

Top des flops

1. La disposition de la régie de la grande scène, était vraiment très … mystérieuse 


« Une installation technique orientée à droite de la scène, pour cacher la vue du public ! Quel dommage ! Les fans de NTM ne pouvaient qu’écouter le groupe sans avoir de la visibilité de la scène ! Heureusement que l’organisation s’est rendue compte immédiatement de cette contrainte, et que le lendemain, un écran géant est apparu ! »

Laurent

2. Le bordel lors du concert de Roméo Elvis

« Beaucoup trop de monde sous ce chapiteau, au point que les passages alentours étaient impraticables. On vous laisse imaginer le KO lorsqu’il a chanté son titre Pogo. »

Julie

3. La déception de Trippie Redd

« Avec 30 minutes de retard sur la scène de la plage et un live de son DJ qui dure 15 minutes alors que le rappeur est juste à coté, j’ai vraiment eu du mal à comprendre le concept. 
Pas vraiment de show à l’américaine, plus une impression de voir le rappeur jouer dans sa maison entouré de ses potes avec des bouteilles à la main et quelques cigarettes bien évidement ! »

Laurent

4. Le trop peu d’importance accordé à l’écologie

« De nombreux efforts ont été entrepris par le festival pour réduire son empreinte environnementale ces dernières années. Mais on peut encore mieux faire. En 2019, on n’a plus de temps à perdre, les enjeux sont importants. Alors pour la 32e édition, on espère que les stands se mettront au zéro déchet ! »

Julie

See you next year Les Eurock’

Mariane Erard
mariane.erard@gmail.com
No Comments

Post A Comment